Presse

Révélation du sexe des triplés lionceaux du ZOO d'Anvers

Les triplés du ZOO d'Anvers se portent à merveille. Les trois jeunes lions ont rendu, aujourd'hui, une petite visite au vétérinaire qui leur a administré une puce ainsi que les vaccins nécessaires. Le vétérinaire a profité de l'occasion pour vérifier leur sexe. "Nos présomptions sont ainsi confirmées", explique le soigneur Daan. "Le plus bruyant des trois est incontestablement un mini Nestor, donc un petit mâle." Fin septembre, les lionceaux feront leurs premiers pas dans le grand enclos extérieur avec le reste de la famille.

En juin dernier, la jeune lionne Tasa a mis bas trois vigoureux lionceaux. Le vétérinaire a confirmé qu'il s'agit d'un mâle et de deux femelles. "Les petites lionnes sont inséparables et se sentent fortes ensemble", dit le soigneur Daan. "Le jeune mâle sort parfois tout seul et se fait régulièrement entendre. On ne peut pas encore vraiment parler de rugissement, mais il est clairement sur la bonne voie pour suivre les traces de son père."

Enduire d'excréments

Les trois lionceaux ont reçu une puce, ont été pesés et vaccinés notamment contre le typhus du chat. C'est un moment très délicat, car séparer les lionceaux de leur mère n'est jamais sans risque. "Il y a toujours le risque que la mère n'accepte plus les lionceaux une fois qu'ils ont été en contact avec des humains, ou dans le pire des cas, qu'elle les tue", explique la curatrice Sarah Lafaut. "Nous avons préparé la mère et sa progéniture à ce moment délicat en les séparant un petit peu chaque jour. Après les soins, les lionceaux ont été enduits de paille et d'excréments pour camoufler l'odeur humaine. Heureusement, tout s'est parfaitement bien déroulé." Les lionceaux ont depuis lors pris des forces et pèsent entre 6,6 et 7,5 kilos.

Ensemble dans l'enclos extérieur

Au cours de ce mois et demi, la lionne Tasa s'est révélée une mère tolérante et paisible. "C'est un animal extrêmement patient, tant à l'égard des soigneurs que des autres lions", dit le soigneur Daan. La mère et ses petits vivent actuellement à l'écart du reste du groupe, comme cela se fait dans la nature. Lorsque les lionceaux seront suffisamment grands, ils seront introduits auprès du reste du groupe.

Les visiteurs attentifs peuvent d'ores et déjà apercevoir de temps en temps le trio. "Par temps ensoleillé, les lionceaux curieux suivent leur mère jusqu'à l'enclos extérieur. Les chanceux peuvent alors repérer leurs adorables frimousses au loin." Le père Nestor a entre-temps pu faire connaissance, à distance, avec ses tout premiers descendants. Fin septembre, le public pourra voir toute la troupe au grand complet dans le grand enclos extérieur.

Un programme d'élevage fructueux

La naissance des lionceaux est une aubaine pour le nouveau programme d'élevage européen des lions d'Afrique occidentale et centrale. Dans la nature, l'espèce souffre terriblement de la déforestation, du braconnage, de la perte du biotope et de l'empoisonnement. "Comme leurs parents, les lionceaux portent de précieux gènes", explique la curatrice Sarah. "Ils resteront chez nous jusqu'à leur maturité sexuelle, prêts à engendrer eux-mêmes une descendance. Le coordinateur du programme d'élevage européen (EEP) déterminera le parc animalier vers lequel ils déménageront. Les jeunes lions vont rester environ deux ans chez nous, à Anvers."

W, W & W

À l'instar de tous les animaux naissant cette année au ZOO d'Anvers, les trois lionceaux vont eux aussi recevoir un nom commençant par la lettre "W". Les abonnés et les visiteurs pourront bientôt voter pour leurs noms préférés sur les réseaux sociaux du ZOO.