Presse

Premier cigogneau depuis 1880 dans la réserve naturelle De Zegge

Jusqu'ici, les craquètements et battements d'ailes de cigognes se faisaient surtout entendre au ZOO Planckendael. Profitant de leur expertise, 5 plateformes nichoirs ont été placées l'an dernier en bordure de la réserve naturelle De Zegge à Geel. Et ce fut un succès ! Un jeune couple a choisi ce site protégé pour y mettre au monde un oisillon. Il a été bagué et vient de s'élancer dans les airs. "On peut y voir le début modeste, mais prometteur d'une colonie de cigognes dans cette tourbière. Depuis 1880, plus aucune cigogne ne s'était reproduite dans ce marécage de Geel”, raconte le nouveau coordinateur Toon Deswert.

Un territoire qui fait partie du ZOO d'Anvers et ZOO Planckendael

De Zegge était la toute première réserve naturelle de Belgique lorsqu'elle a été achetée en 1952 par la Société royale de Zoologie d'Anvers (KMDA). Cette tourbière de 115 hectares est le dernier vestige de Geels Gebroekt, un gigantesque marécage de 600 ha situé dans la zone inondable de la Kleine Nete. C'est un magnifique patchwork de tourbières, étangs, marais, roselières, prairies, landes et forêts marécageuses. Un exemple de conservation de la nature chez nous !

Abondance

Le retour des cigognes dans ce milieu tourbeux est un bon présage pour la biodiversité. Jusqu'ici, les oiseaux survolaient la réserve, pendant leur migration, pour nicher aux Pays-Bas. La probabilité que les cigognes occupent directement les nids spontanément et se reproduisent avec succès était minime. Pourtant, les cinq nouvelles plateformes nichoirs et la présence de nourriture en suffisance dans les prairies avoisinantes ont encouragé les oiseaux à y construire leur nid. Outre le couple nicheur, quelque douze jeunes volatiles se nourrissent aussi dans les terres agricoles environnantes, absorbant ainsi essentiellement des insectes, des vers de terre, des souris, des taupes et des rats. Les parents du poussin sont encore de jeunes spécimens inconnus car non bagués.

Une habitante de la région, Charel Cuyvers, a raconté cette chouette anecdote : "Je vois régulièrement les cigognes en train de voler. Je profite du spectacle avec mon petit-fils. Un jour, une cigogne atterrit sur notre terrain, près des moutons. Elle en becque un et tire avec son bec une grosse touffe de laine de sa peau. Elle l'emporte directement dans son nid et répète la même opération à plusieurs reprises. Et le mouton ? Il a tranquillement continué à brouter !"

À bientôt

Passé l'été, les cigognes repartent vers le Sud pour y chercher de la nourriture et y passer l'hiver. Au printemps suivant, le coordinateur de la réserve naturelle De Zegge espère recenser plusieurs couples d'amoureux sexuellement matures qui effectueront le même périple pour rejoindre leur territoire de reproduction. Les poussins qui sont nés ici reviennent après deux à trois ans pour élever eux-mêmes des jeunes à proximité de leur nid de naissance. C'est ainsi que se développe systématiquement une colonie de cigognes.

Relève de la garde nature

Le conservateur Bert Veris part bientôt à la retraite et passe le relais à son collègue Toon Deswert qui va désormais se charger avec son équipe de cette précieuse parcelle de mère nature. Avec la naissance de ce premier cigogneau, Bert transmet un joli défi à Toon.