Presse

Naissance d'un bébé okapi au ZOO d'Anvers

Le ZOO en train ? Un choix malin ! Plus d’info ici.

Extraordinaire nouvelle ! Un adorable bébé okapi est venu agrandir la famille okapi du ZOO d'Anvers. Maman Lindi a mis au monde son premier rejeton dans l'étable du bâtiment des okapis. Le papa, Bondo, est un mâle difficile, mais de tous les okapis au monde vivant en captivité, il est celui portant les gènes les plus importants. Si l'on veut encourager la reproduction de l'espèce, mieux vaut le privilégier comme partenaire pour un maximum de femelles. Avec Bondo comme père, le bébé est donc lui aussi porteur de gènes intéressants. Le ZOO d'Anvers est l'expert attitré en okapis et l'entremetteur pour la formation de nouveaux couples. "Cette naissance est une nouvelle particulièrement réjouissante pour l'espèce animale menacée."

Après quatorze mois de gestation, l'okapi Lindi a accouché le 26 janvier d'un solide petit gars. Le jeune pesait 24,5 kg à la naissance, avec une hauteur au garrot de 86 centimètres. Cette naissance est une nouvelle extraordinaire pour l'espèce. La survie de ces animaux est en effet menacée. Il n'en subsiste que 15.000 dans la nature. Le ZOO d'Anvers veille donc au bien-être et à la pérennité de ces animaux particuliers. Les rayures présentes dans le logo du parc zoologique sont une allusion à cette mission.

Ubundu

Le bébé comme la maman se portent comme un charme. C'est le premier petit pour Lindi. La gestation a pris exceptionnellement plus de temps. 443 jours, ce qui est plus long qu'une gestation moyenne de 410 jours. Après de maladroites premières tentatives, le bébé okapi s'est relativement vite redressé sur ses petites pattes rayées. Les soigneurs lui ont donné le nom d'Ubundu, du nom d'une ville congolaise. À l'instar de tous les autres animaux qui naîtront cette année au ZOO d'Anvers, le petit a reçu un nom commençant par la lettre U. Il est reconnaissable au motif rayé unique qu'il porte sur ses fesses et ses pattes. Bébé Ubundu est resté un mois bien au chaud près de sa maman, dans l'étable. À partir de 14°C, il peut aller se dégourdir les jambettes à l'extérieur. Soigneuse Natalie : "C'est un bébé très facile. Il boit bien et suit déjà rapidement sa maman Lindi. Il monte sans sourciller sur la balance, complètement à l'aise."

52e okapi pour le ZOO d'Anvers

En tant que coordinateur du programme européen d'élevage et détenteur du livre généalogique international, le ZOO d'Anvers est l'expert attitré en matière d'okapis. Il s'agit de la 52e naissance d'okapi au ZOO. La dernière remonte à 2015 avec Qira. Elle aussi avait pour père Bondo, mais Yenthe pour maman. Aujourd'hui, cinq okapis sont en résidence au ZOO d'Anvers : maman Lindi et son nouveau-né Ubundu, papa Bondo, la femelle Antonia qui peut encore s'accoupler avec Bondo et Yenthe qui est maintenant d'un âge avancé et peut démissionner de son rôle de femelle reproductrice.

"Avec le programme d'élevage, nous voulons constituer une population de réserve. Ainsi, nous pourrons, s'il le faut, réintroduire plus tard des animaux au Congo", affirme Sander Hofman, gestionnaire du livre généalogique international pour les okapis et coordinateur du programme d'élevage européen pour le ZOO d'Anvers. "Cette population de réserve doit donc être génétiquement saine." Voilà pourquoi le ZOO d'Anvers joue le rôle d'arrangeur pour former de nouveaux couples. Quels sont les accouplements les plus adéquats pour conserver la meilleure diversité génétique possible et favoriser la survie de l'espèce ? "Au sein du programme d'élevage mondial, notre Bondo anversois est l'okapi mâle le plus important. Il représente un atout majeur. De tous les okapis au monde vivant en captivité, il est celui dont les gènes sont les plus importants." Si l'on veut encourager la reproduction de l'espèce, mieux vaut le privilégier comme partenaire pour un maximum de femelles. Avec Bondo comme père, Ubundu porte donc lui aussi des gènes intéressants. Quand il aura atteint sa maturité sexuelle, le ZOO déterminera avec quelles femelles et dans quel parc zoologique il pourra s'accoupler. Cette naissance est une nouvelle particulièrement réjouissante pour l'espèce animale menacée."

Le ZOO d'Anvers est également actif au Congo

Selon les estimations, la population d'okapis a diminué de près de 50 % ces dix dernières années. On les rencontre uniquement dans les forêts équatoriales du Congo. Ce sont des animaux particulièrement farouches et donc difficiles à repérer dans la forêt. Leur habitat est si petit et concentré sur un seul pays que l'avenir de l'okapi est loin d'être garanti. Les okapis sont également confrontés à la déforestation au profit de l'agriculture et de l'exploitation du bois dur tropical, à l'exploitation minière, au braconnage et à des troubles socio-économiques sur leur territoire. Ils sont officiellement inscrits sur la liste rouge des espèces animales menacées, l'International Union for Conservation of Nature Redlist. Le ZOO d'Anvers soutient depuis plus de trente ans l'Okapi Conservation Project dans l'immense forêt de l'Ituri. Là-bas, il aide les rangers locaux à protéger la zone naturelle. D'autre part, la population locale apprend à cohabiter tranquillement avec les okapis et à mettre en place des alternatives à la destruction de la forêt équatoriale et à l'exploitation minière illégale.

Merci d'intégrer la vidéo ci-dessous.