Presse

Naissance de trois lionceaux au ZOO d'Anvers !

Visiteurs dans le parc:
18%* * % de visiteurs en temps réel par rapport à la capacité corona maximale autorisée

Le ZOO d'Anvers annonce une triple bonne nouvelle ! La semaine dernière, la jeune lionne Tasa a donné la vie à trois adorables lionceaux en parfaite santé. Malgré son jeune âge, la lionne s'est rapidement montré une mère attentionnée. La dernière naissance d'un lionceau au ZOO d'Anvers remonte à 2012. Nestor, le lionceau de l'époque, peut se targuer aujourd'hui d'être à la fois le roi du ZOO et le fier papa de ces trois nouveau-nés. Les gènes de Nestor, de la mère Tasa et de leur descendance sont importants pour la pérennité du lion d'Afrique occidentale et centrale. Le ZOO d'Anvers participe au programme d'élevage de cette espèce en danger d'extinction. “C'est une nouvelle extraordinaire pour l'espèce et pour le ZOO”, explique le soigneur Daan.

"L'est-elle ou ne l'est-elle pas ?" C'est la question qui a taraudé les soigneurs des lions du ZOO d'Anvers durant plusieurs semaines. La réponse est tombée la semaine dernière lorsque tôt le matin, la lionne Tasa a mis au monde trois lionceaux en bonne santé. "Nous soupçonnions la lionne Tasa d'être pleine, car nous avions vu plusieurs accouplements avec Nestor. La période de gestation chez une lionne dure de 100 à 112 jours. Par précaution, elle a été isolée du reste du groupe il y a deux semaines. Dans la nature aussi, les lionnes se tiennent à l'écart pour pouvoir accoucher en toute tranquillité. Nous voulions lui offrir les mêmes conditions ici aussi", explique le soigneur Daan.

Un accouchement rapide

Pendant longtemps, la lionne n'a montré aucun signe de grossesse et tout portait à croire qu'il s'agissait d'une fausse alerte. Jusqu'à ce le vent tourne la semaine dernière. "Son ventre avait visiblement grossi et ses mamelons étaient gonflés", raconte le soigneur Daan. Ces signes ont alors fait renaître l'espoir d'une nouvelle vie au ZOO. "Lorsque je suis arrivé le matin, j'ai tout de suite vu sur les images vidéo que quelque chose était en train de se passer. Tasa allait et venait nerveusement dans sa box d'accouchement, puis elle s'est couchée sur le lit de paille. Le premier lionceau est né à 8h49." Un deuxième puis un troisième lionceau ont suivi peu de temps après. "Pour une mère inexpérimentée, l'accouchement fut extrêmement rapide", dit Daan. "Tasa sembla un peu dépassée par les événements, mais l'instinct maternel a vite repris le dessus. Elle a léché les lionceaux et mordu le cordon ombilical. Peu de temps après, les petits tétaient déjà leur mère. Un spectacle émouvant. Nous ne pouvions rêver un meilleur accouchement."

Pas sans risque

La joie est immense, mais une certaine prudence reste de mise. Une première portée chez une jeune lionne n'est jamais sans risque. La mère inexpérimentée peut mal évaluer la situation ou subitement ne plus donner de lait. La future réaction des autres lions à l'égard des lionceaux reste encore un point d'interrogation à l'heure actuelle. L'introduction des lionceaux se fera progressivement et sera suivie de près par les soigneurs. Nous suivons le rythme des animaux."

Visite aux bébés

Les visiteurs devront patienter encore avant de pouvoir admirer les lionceaux. Comme elle le ferait dans la nature, la mère rejoindra le groupe seulement lorsque les lionceaux seront suffisamment grands pour gambader. Si tout se passe bien, les triplés feront leurs premiers pas dans l'enclos au mois d'août. Un mois plus tard, on pourra voir le groupe réuni au grand complet. "Nous sommes curieux de voir comment Nestor va réagir face à sa progéniture", dit Daan. "C'est un lion doux. Nous osons dès lors croire que tout se passera bien. Mais nous restons prudents." Le sexe et les noms des lionceaux ne sont pas encore connus. À l'instar de tous les animaux naissant cette année au ZOO d'Anvers, ces noms commenceront par la lettre "W". En collaboration avec ses soigneurs, ses abonnés et ses visiteurs, le ZOO d'Anvers va chercher trois jolis noms évocateurs.

Des gènes importants

La naissance des lionceaux est non seulement une chouette nouvelle pour les visiteurs, mais aussi une nouvelle importante pour la survie de l'espèce. Les gènes de Nestor et de la mère Tasa sont très intéressants pour la pérennité du lion d'Afrique occidentale et centrale. L'espèce est en danger critique d'extinction en raison de la chasse, du braconnage, de la perte de son biotope et de l'empoisonnement. Le ZOO d'Anvers participe au programme d'élevage en collaboration avec l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA) dans le but de sauver les lions d'Afrique occidentale et centrale de l'extinction.