Presse

Le ZOO d'Anvers participe à la lutte contre le commerce illégal au cours de l'Opération Thunder

UPDATE 31/10/2020 - Suite aux nouvelles mesures gouvernementales, le ZOO d'Anvers ferme ses portes à partir du 2 novembre pour une période de six semaines. La santé de nous tous passe avant tout. Avec cette décision, le ZOO d'Anvers souhaite soutenir le personnel soignant et garantir la sécurité de ses visiteurs. Nous continuerons bien entendu à garantir les meilleurs soins à nos animaux. Nous suivrons de près tous les développements actuels. Merci pour votre confiance et votre compréhension. Prenez soin de vous et de vos proches. #ZOOensemble

Le commerce mondial d'espèces de faune et de flore sauvages a un impact important sur la biodiversité. Pour endiguer ce phénomène, le ZOO d'Anvers apporte son soutien au personnel douanier de l'aéroport en l'aidant à reconnaître les espèces animales menacées d'extinction. Lors de contrôles réalisés par la douane et les experts CITES du SPF Santé publique, un singe fumé et trois kilos de viande de crocodile notamment ont été saisis. "Il s'agit d'une infraction grave de la loi qui est potentiellement dangereuse", dit Philippe Jouk du ZOO d'Anvers. "Voilà pourquoi la sensibilisation du public demeure primordiale."

Les quatre contrôles ont eu lieu en septembre et octobre derniers dans le cadre de l'Opération Thunder 2020. Cette opération internationale est mise sur pied chaque année par Interpol et l'Organisation mondiale des douanes dans le but d'enrayer le commerce de faune et flore illégaux. Cette année, la Belgique a inspecté les bagages de passagers en provenance d'Afrique occidentale et centrale. Lors de ces contrôles, le personnel douanier de Brussels Airport a été assisté par des experts CITES du SPF Santé publique et du comité scientifique de CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction). En Belgique, la cellule CITES du SPF Santé publique régit le commerce international d'espèces animales menacées. Philippe Jouk notamment, expert du ZOO d'Anvers, les a aidés à distinguer un bagage illégal d'un bagage légal.

Le curateur Philippe: "En tant que zoo, nous avons une fonction éducative importante et la lutte contre le trafic de viande illégale et de trophées de chasse en fait assurément partie."

Singe fumé et viande de crocodile 

Le commerce mondial d'espèces de faune et de flore sauvages est une activité lucrative dont le chiffre d'affaires est estimé à des milliards d'euros par an. À défaut d'être contrôlé ou réglementé, ce commerce peut constituer une menace pour la survie de ces espèces dans la nature. Les contrôles ciblés effectués par les services douaniers doivent empêcher l'entrée dans le pays ou le transit par Bruxelles d'espèces de faune et de flore menacées, de viande de brousse, de viande sauvage tropicale, d'ivoire ou de corail. Le butin dévoilé par les contrôles effectués en septembre et octobre derniers sous la direction de CITES ne fut pas négligeable. "Un passager transportait un singe fumé entier destiné à la consommation. Chez un autre passager, nous avons trouvé trois kilos de viande de crocodile", explique Jouk. "Lorsque nous constatons que l'importation n'est pas conforme à la législation, un procès-verbal est dressé par la douane. Avec des amendes salées à la clé."

Un commerce dangereux

Chaque année, quelque 44.400 kilos de viande de brousse atterrissent à Brussels Airport. L'importation illégale de viande d'animaux sauvages en provenance de pays tropicaux nuit à la biodiversité et constitue une sérieuse menace pour la santé publique. "Certains singes ou antilopes sont menacés d'extinction. Le commerce ou le négoce de leur viande met ces espèces encore plus sous pression", affirme Jouk. "D'autre part, la viande de brousse représente un danger potentiel pour la santé publique. Elle peut importer des maladies dans notre pays telles que la variole du singe ou des infections virales." Tout le matériel saisi est détruit à la demande de la douane par une entreprise spécialisée. 

Mets délicats

Les motifs d'importation de viande d'animaux sauvages en Europe sont nombreux. "Certaines viandes sont considérées comme des mets délicats et rapportent pas mal d'argent. Pour d'autres voyageurs, il s'agit de viande ramenée chez eux en souvenir. Les traditions et cultures jouent également un rôle important." Pourtant, Philippe Jouk observe une évolution positive. "Aujourd'hui, nous enregistrons beaucoup moins de saisies lors des contrôles qu'il y a quelques années. Il est clair que les contrôles et une plus grande clarté dans la législation ont porté leurs fruits", conclut Jouk.