Presse

Le ZOO d'Anvers accueille deux rhinocéros blancs

Ravis de vous revoir ! Le ZOO d'Anvers est ouvert ! Vous avez un abonnement ? Vous n'avez pas besoin de réserver. Présentez juste votre carte d'abonnement à l'entrée et nous vous laisserons entrer. La réservation reste cependant obligatoire pour le grand public. Achetez d'abord votre ticket et réservez votre créneau horaire d'arrivée. Vous pourrez rester dans le parc jusqu'à l'heure de fermeture. Réservez ici votre visite. Consultez toutes les mesures qui sont prises pour votre sécurité et la nôtre dans le parc. À très vite, prenez soin de vous et des autres !
Visiteurs dans le parc:
0%* * % de visiteurs en temps réel par rapport à la capacité corona maximale autorisée

Le ZOO d'Anvers entame les grandes vacances avec une grande nouvelle. Deux jeunes rhinocéros blancs ont fait leur entrée dans le parc. Pour offrir un vaste espace de vie à ces animaux, le parc zoologique a procédé à quelques impressionnants aménagements. La Savane a doublé de superficie et le Bâtiment historique des bovidés s'est transformé en enclos pour rhinocéros.

 

Les visiteurs du ZOO d'Anvers savent que les girafes résident avec les zèbres au Temple égyptien. Grâce à un nouveau passage à l'arrière du Bâtiment des porcins, leur savane est désormais deux fois plus grande. De l'autre côté du portail ouvert, le domaine situé devant le Bâtiment historique des bovidés a reçu une nouvelle affectation : l'hébergement de deux rhinocéros blancs.

"Les girafes restent dans leur parcelle où elles jouissent d'une nouvelle mare. Les zèbres peuvent facilement entrer dans la Savane et y découvrir les impressionnants nouveaux pensionnaires", dit le coordinateur Jan Dams. 

Dans le futur, des antilopes et petits porcins pourront également profiter du vaste enclos des rhinocéros. Une grande Savane mixte comme dans la nature.

L'arrivée des rhinocéros Timbo du zoo français d'Amneville et Amiri de la ville allemande de Münster a engendré des nouveautés. "Dans la nouvelle partie de la Savane, un bain de boue et des bains de sable ont été aménagés. Un vrai plaisir pour les rhinocéros. Mais on a créé aussi des petits coins de détente pour les antilopes et les zèbres. Les rhinocéros n'y ont pas accès, car les ouvertures entre les rochers sont trop étroites pour laisser passer leur large carrure. Chaque animal peut donc ainsi s'éloigner des rhinocéros quand il en ressent le besoin. N'oublions pas que le rhinocéros blanc est le deuxième animal terrestre le plus lourd qui existe", rappelle Dams.

Des mastodontes

Les deux rhinocéros blancs sont des pensionnaires remarquables au ZOO d'Anvers. "Mais ne vous méprenez pas. Si l'on parle bien de rhinocéros "blancs", ils sont gris en réalité. Ils doivent leur appellation à une traduction erronée de l'Afrikaans. Le terme "wijd" en Afrikaans signifie "large" et est employé parce que ces rhinocéros ont une large lèvre supérieure. Les Anglais ont compris "white" (blanc) au lieu de "wijd" et de là est née l'appellation singulière de cette espèce", explique la porte-parole Ilse Segers.

"Les deux spécimens sont des jeunes mâles dont le poids peut atteindre 3.600 kilos et dont la corne la plus en avant peut mesurer jusqu'à 60 centimètres. Les jeunes rhinocéros mâles quittent leur mère vers l'âge de trois ans. Dans la nature, ils rejoignent d'autres animaux du même âge pour former un groupe temporaire. Il se peut que plus tard, ces spécimens-ci partiront ailleurs pour se reproduire", signale le coordinateur Jan Dams.

En accueillant ces nouveaux pensionnaires, le ZOO d'Anvers prend part au programme d'élevage international.

Renforcement

Ces mastodontes menacés d'extinction ont non seulement besoin de beaucoup d'espace, mais aussi d'un enclos particulièrement solide. Pour rendre le Bâtiment historique des bovidés totalement à l'épreuve des rhinocéros, le plancher et les colonnes authentiques ont été renforcés. Grâce aux larges ouvertures, les animaux peuvent se déplacer facilement et en toute sécurité. Mais cela est loin d'être évident, car les animaux font leur entrée dans un bâtiment classé patrimoine historique.

"Nous combinons maintenant notre précieuse histoire avec les exigences actuelles en matière de bien-être animal. Cela a impliqué une rénovation minutieuse de l'intérieur du Bâtiment des bovidés. Il a également été rénové à l'extérieur. Les écuries historiques sont dotées d'un toit en chaume restauré, de boiseries de qualité, de nouvelles vitres et de peintures récentes. Au total, les travaux de rénovation ont pris trois ans", explique le directeur général Dries Herpoelaert.

Aujourd'hui, le bâtiment reflète à nouveau la grandeur du style cottage pittoresque, comme l'architecte Emile Thielens l'avait conçu en 1908.

Le chas de l'aiguille

Rendre visite à des rhinocéros dans un jardin zoologique reste extraordinaire, car l'espèce est passée par le chas de l'aiguille. Grâce aux efforts intensifs déployés dans les réserves africaines, 18.000 rhinocéros blancs vivent aujourd'hui dans la nature. Pourtant, après plus de 100 ans de protection, le rhinocéros blanc n'est pas hors de danger. Le braconnage en vue du commerce illégal de leurs cornes rend l'espèce vulnérable. De plus, les rhinocéros se reproduisent lentement, leur gestation dure de 16 à 18 mois.

Le programme d'élevage européen dans les parcs animaliers est par conséquent indispensable pour maintenir la population à niveau et garantir l'avenir de ces magnifiques animaux.

Bon à savoir

• Les cornes se composent de kératine, exactement comme nos ongles et cheveux. Elles peuvent pousser de 1,5 centimètre par mois, mais elles s'usent aussi.

• Le rhinocéros blanc a deux cornes. Celle qui est la plus en avant est aussi la plus grande et peut mesurer jusqu'à 60 centimètres.

• Il existait jadis 165 espèces de rhinocéros, aujourd'hui, il en reste cinq. Le rhinocéros blanc et le noir se rencontrent en Afrique. Le rhinocéros indien, javanais et de Sumatra en Asie. Au ZOO Planckendael, nous hébergeons le rhinocéros indien.

• En Asie, il existe des croyances populaires prétendant que la corne a des vertus thérapeutiques. C'est tout à fait faux. Pourtant, le cruel braconnage pour leurs cornes demeure la grande menace pour le rhinocéros.